Document sans titre

Animaux en ville


WP_20150804_10_01_31_ProLe travail d’Espaces ne se limite pas à l’entretien d’espaces verts et naturels.

L’association utilise aussi ses chantiers pour protéger la faune locale et enrichir la biodiversité, et développe des activités en lien avec les animaux en ville : l’entretien de pigeonniers ou encore l’utilisation du cheval sur l’un de ses chantiers. Elle aménage également des abris pour la petite faune.


Le cheval comme outil de travail et d’insertion 

Depuis 1998, Espaces utilise la traction animale sur le chantier du Domaine national de Saint-Cloud pour le ramassage des déchets du parc, le transport de matériaux et du bois de chauffage (produit sur le chantier et vendu aux adhérents de l’association), ainsi que pour le débardage en sous-bois et le dessouchage d’espèces envahissantes. L’utilisation du cheval représente une alternative écologique dans l’activité du chantier et aussi un outil de lien social et de responsabilisation pour les salariés en insertion.équipe d'attelage 2015

En savoir plus au quotidien sur l’équipe d’attelage d’Espaces
Le chantier d’insertion du Domaine national de Saint-Cloud
Blog de la commission nationale des chevaux territoriaux

Rapport B. Lizet « Chevaux de trait : le retour ? »


Ecopâturage : contre la fermeture des milieux

En juillet 2016, un cheptel ovin-caprin a été installé sur 6 hectares à Montesson (Yvelines). Le choix s’est porté sur des espèces rustique et inscrites dans le cadre d’un programme de développement des espèces : la chèvre des fossés et le mouton de Soay. Ouverture d’un second site d’écopâturage à Malakoff en 2017.

Fiche compensation écologique 2016
Fiche faune et flore 2016

 

Gestion écologique de pigeonniers 

8-journée natureparif RESE 130312 bisDepuis 2003, Espaces a développé un savoir-faire reconnu en termes de gestion écologique de pigeonniers. La gestion mise en œuvre par l’association permet de réduire efficacement les nuisances causées par les pigeons, de leur assurer une nourriture saine et de réguler les naissances.

Ces actions rendent le nourrissage sauvage des pigeons totalement inutile. C’est d’ailleurs une pratique néfaste pour les pigeons, car le pain sec n’est pas une nourriture adaptée à leur estomac (tout comme bien d’autres aliments dont la digestion est difficile), et pour l’entourage, car elle pousse les pigeons à se regrouper, entraînant une aggravation des nuisances causées et des risques sanitaires.

Espaces a développé son expertise de gestion écologique des pigeonniers au fil des années en entretenant les sites de plusieurs villes. Le premier pigeonnier a été installé à Clamart. Aujourd’hui, il y en a trois dans cette ville, ainsi que deux à Courbevoie, un à Meudon, un à Montrouge et un à Saint-Cloud. Cette expertise est valorisée dans le cadre de programmes de recherche.

En 2017, Espaces et Aerho (Association espaces de rencontres entre les hommes et les oiseaux) réalisent ensemble une étude des équipements de la Ville de Paris. Depuis 2003, la Ville a installé des pigeonniers dans 12 arrondissements (2e, 10e, 11e-20e). L’étude permettra de dresser le bilan quantitatif et qualitatif du rôle des pigeonniers en ville et de réaliser une synthèse des connaissances sur le pigeon en ville.
plaquette pigeonniers

Dépliant La faune dans la ville. Les pigeonniers de Clamart
Le pigeon en ville, Natureparif
Fiche technique du Rese (2011)
Le pigeonnier de la réconciliation, construction d’un modèle de rapport à l’animal (2009)
Présentation de la recherche et de la communication autour de la nature en ville (2008)

 

 

Des aménagements pour la petite faune

animauxDans le cadre de ses activités en faveur de la biodiversité et la sensibilisation du public, Espaces réalise, installe et entretient différents aménagements favorables au développement de la petite faune : hôtels et gîtes à insectes, gîtes à coccinelles, nichoirs à oiseaux, refuges à hérissons, tas de pierres pour reptiles, etc. Ces abris ont différents objectifs : certains sont utilisés pour la reproduction et la ponte (oiseaux, abeilles solitaires, etc.) tandis que d’autres servent d’abris durant les mois d’hiver (coccinelles, hérissons, etc.).

Fiche faune et flore 2016