Le Dispositif Premières heures se développe dans les Hauts-de-Seine

Le Dispositif Premières Heures (DPH) est un dispositif d’insertion innovant qui permet aux personnes en situation de très grande précarité de renouer avec l’activité professionnelle et de se remobiliser sur leur projet de vie en travaillant quelques heures par semaine, progressivement, tout en bénéficiant d’un accompagnement socio-professionnel renforcé.

Initié par Emmaüs Défi à Paris en 2009 sous le nom de « Travail à l’heure » avant de devenir une politique publique de la Mairie de Paris, le DPH est expérimenté depuis mai 2019 dans les Hauts-de-Seine par un collectif d’associations de solidarité dont fait partie l’association Espaces : le collectif Citoyens fraternels 92.

 
 

Des activités adaptées pour un travail à l’heure

Créé en 2015 et rassemblant une vingtaine d’associations agissant pour un véritable « vivre ensemble » dans les Hauts-de-Seine, ce collectif a proposé, en 2018, à la Préfecture des Hauts-de-Seine et à l’Unité Départementale de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), de porter l’expérimentation de ce dispositif dans un deuxième département.

Avec le soutien de la préfecture et de la Direccte, en 2019, Espaces embauche une chargée de projet pour piloter l’essaimage du dispositif et un chargé d’insertion socio-professionnelle pour accompagner les participants. L’expérimentation voit le jour en mai 2019 et les premiers bénéficiaires l’intègrent en juillet.

Les personnes sont alors accueillies 6 h par semaine sur une activité de Balades urbaines (visites guidées pédestres) à La Défense par l’association Carton Plein. Cette première structure accueillante du dispositif est ensuite rejointe par le Secours Populaire français, qui propose une activité de manutention à des personnes très éloignées de l’emploi au sein d’un dépôt de colis alimentaires à Nanterre. En 2020, des bénéficiaires sont accueillis dans deux équipes d’Espaces, à La P’tite Boutique et sur les berges de Seine (espaces verts). La PADAF, à Antony, est aussi un lieu à suivre

Balades urbaines, dépôt de colis, espaces verts, ressourcerie… de nombreuses activités sont envisageables.

Vous souhaitez être partenaire ?

Jardins partagés et composts : où sont-ils ?

Espaces anime 38 jardins solidaires et partagés en Ile-de-France (Hauts-de-Seine, Paris, Seine-Saint-Denis, Yvelines et deux jardins en Essonne et dans le Val-de-Marne). Selon le jardin, les adhérents partagent la parcelle ou ont chacun leur bout de potager. Dans tous les cas, les jardins sont des lieux d’échange de connaissances et d’animations tout au long de l’année. Des points de compostage Folies d’humus sont accessibles au public dans le 16e et le 19e arr. de Paris et à Courbevoie. 

Découvrez les jardins et composts en zoomant sur la carte.
 

Les demandes d’adhésion sont à adresser au comité d’animation du jardin (en contact dans la fiche de chaque jardin) et les réadhésions peuvent être renouvelées ici.

Tous les jardins partagés, solidaires, familiaux, communaux animés par Espaces